ne-plus-etre-victime
ne-plus-etre-victime

Vos témoignages

Vous trouverez ci-dessous quelque-uns des témoignages qui m'ont été adressé.

Vos témoignages sont publiés en garantissant votre anonymat.

 

Carole :  Cher Monsieur, Grâce aux explications claires et intelligibles que vous avez mis en ligne j'y vois beaucoup plus clair en une période extrêmement critique de mon existence.... Je pense que mon mari était très proche de ce que sont les pervers narcissiques. Pour tout vous dire j'étais Madame "tu ne sais rien faire" et tout était de ma faute y compris les échecs professionnels de mon mari...
Je dois donc faire un double deuil : celui de sa personne, et celui de cette relation qui me laisse en ruines !
Je viens de comprendre grâce à vous combien le rôle de victime a été un refuge pour m'éviter de "grandir", car j'ai toujours attendu que tout arrive de lui et je le lui reprochait, et il me traitait comme je vous l'ai évoqué plus haut ! Paradoxalement c'est moi qui ait fait "bouillir la marmite" pendant des années, en participant à une affaire de famille, infantilisée de toute part !!!
Une relation se construit à deux, et vous m'avez permis de mettre des mots sur cette terreur qui vient se superposer à mon immense chagrin désormais : je ne peux plus faire l'économie de mon autonomie !!!
Avec toute ma gratitude.(mail)

Pascal:  Bonjour, j'ai lu votre livre Aure et Chris@mpn.love, ma femme m' a quitté 18 jours pour un Pervers manipulateur qui en mon absence (c'était un ami)a sous couvert de parler de ma relation amoureuse et conflictuelle avec ma femme, l'a d'après elle abusé...le lendemain de mon retour après cet abus, elle l'a rejoins alors que j'étais revenu et m'a demandé de partir...l'histoire est terrible et longue, je les ai découvert ensemble, et ma souffrance a été terrible, 18 jours plus tard , elle s'est aperçu que ce type sous couvert de cet abus , voulait en fait aussi me détruire... nous sommes suivis maintenant, et les psychologues pour parler de la dérive de ma femme parlent de mémoire traumatique, ce dont j'ai du mal à croire, comment une femme abusée , qui se dit écœurée peut elle rester sous l'influence d'un tel salaud? J'ai terriblement du mal à pardonner, je ne sais si j'y arriverai un jour, et pourtant j'aime cette femme d'un amour magnifique et sincère Pascal sur POURQUOI J'ATTIRE LES SALAUDS (1/11)

Martine:  Bonjour M. GEORGIN,
Je viens tout simplement vers vous, pour vous remercier de l’article mail que j’ai pu lire sur le thème ‘’ETRE VICTIME’’ et les autres concernant ce sujet
Vraiment un sujet très clair, des mots très simples, très compréhensifs, bref, un régal de lecture !!!!! Je me suis dis enfin une lecture sur ce sujet très délicat qui va se faire comprendre, qui va taper droit au but (concernant une personne très proche) Et bien non,,,,,  Je me suis taper contre un rocher, mais peu importe J’ai adoré !!!! Je le conserve comme cas d’étude Encore merci .Très cordialement, Au plaisir de vous lire ( mail )

Aline:  Vous savez cher monsieur ,j'ai beaucoup apprécié votre approche en ce qui concerne le collaborateur au lieu du salarié ,mais je pense que même si les dirigeants ou les cadres supérieurs ou les propriétaires de l'entreprise se mettent a appliquer ça et prennent conscience et ils ont vraiment la volonté de le faire et de traiter leur salariés comme étant un facteur essentiel et pertinent dans la croissance et dimensionnement de l'entreprise et que ces salariés ont contribue de beaucoup dans le résultat qu'ils souhaitent toujours positifs , ils ces dirigeants finissent en fin de compte de se tourner vers leur résultat et vers leurs chiffres et leur gains en pensant que ces salaries ne sont qu'un centre de coûts et ils réfléchissent souvent a minimiser leur coûts en se penchant sur ce facteurs humains ,et en finalité ces collaborateurs finiront de présenter qu'un chiffre parmi d'autre qui affectent le résultat soit d'une façon direct ou indirect et c'est la loi du capitalisme sauvage qui est devenu le maître influençant sur tous les êtres noyés dans ramassage de l'argent sur Chères collaboratrices, chers collaborateurs... ou comment placer l'humain au coeur de l'entreprise

Chris:  Bonjour Christophe, J'ai bientôt 40 ans et je viens de comprendre que mon problème vient d'un besoin de reconnaissance énorme. Je n'avais jusqu'ici pas compris que plus je donnais, plus j'aimais, et plus les autres(parents, patron, collègues) se servaient ou se désintéressaient de moi. Essayant à tout prix de me faire aimer, j'ai même essayé de susciter une espèce de "compassion" débile, me faisant passer soit pour une idiote, soit pour une victime, me servant de mon passé assez triste ou de ma mauvaise santé à l'époque pour qu'on me reconnaisse, ne serait-ce même qu'en me plaignant... Triste constat que cela ne serve non plus à rien... Depuis deux mois, j'ai compris en faisant une introspection que le souci venait de mon attitude. Cependant, je ne sais pas comment réussir à ne plus me préoccuper de ce que les autres pensent de moi,je ne sais pas comment je peux réussir à me "reconnaître moi-même" plutôt que d'attendre cela des autres. Comment puis-je me sentir "OK "? Mille mercis de votre aide. Chris sur Le besoin de reconnaissance

Aurélie:  Monsieur, Naviguant souvent sur des sites consacrés aux pervers narcissiques, j’ai parcouru plusieurs fois votre page.
Elle a retenu mon attention parce qu’elle correspond à ce que je ressens actuellement.
Pour faire bref, suite à une rencontre avec un pervers narcissique, je me suis rendue compte que ma maman présenterait les mêmes troubles psychiques.
Je ne sais pas comment le formuler, d’autant plus que cela se passe dans le cadre privé, et non pas professionnel.
Cette douloureuse mais enrichissante rencontre m’a permis de sortir de l’emprise dans laquelle j’étais depuis 36 ans.
Malgré cela, je ne fais que constater les dégâts, mes erreurs et les pièges dans lesquels je suis tombée. Je vois clair depuis 1 an et demi.
J’aurais souhaité savoir comment se reconstruire plus rapidement, comment ressurgir car je lutte toujours contre ce manque d’énergie. Ils sont effectivement très énergétivores. De plus, je me sens confuse dans ma réflexion et connais des absences de mémoire.
Est-il possible d’obtenir un contact auprès de vous ?
Par avance, Monsieur, je vous remercie. (mail )

Emmanuelle:  Bonjour, je ne crois pas au hasard, en cherchant ce matin sur internet "pourquoi suis-je toujours victime" je suis tombée sur votre site...  Je ne veux plus être victime de tout et de rien, je veux être responsable de mes choix de vie, mais je manque totalement de confiance en moi, je ne m'aime pas, je me hais, je me sens coupable de tout. J'ai beaucoup de dépendances, je me réfugie dans tout cela, une façon encore d'être victime afin de ne pas assumer mes responsabilités. Je ne suis pas heureuse dans ma vie de couple, nous avons trois enfants, je suis maman au foyer.
Je ne suis pas heureuse mais je n'arrive pas à faire quoique ce soit pour l'être puisque tout devient prétexte à ne pas oser le changement, je ne travaille pas, je ne conduis pas, je suis dépendante financièrement de mon mari et tout cela est un cercle sans fin.
J'ai envie d'une autre vie mais quand on me propose d'en changer la peur de ne pas y arriver me bloque, la peur du changement, tout ce qu'on connait rassure même s'il ne convient pas.
Victime un jour, victime toujours, je ne veux plus de cette phrase qui résonne en moi.
D'autres dans des situations bien plus difficiles que la mienne aujourd'hui s'en sortent, moi pas, pourquoi?
Pensez-vous que vous pouvez m'aider et que nous puissions faire un travail ensemble ?... (mail)

Isabelle:  Bonjour, Que fait-on lorsque les ''autres'' sont tous dans les autres ne sont pas ok ? Se retrouver seule, parce que la conscience des ''autres'' n'est pas dans l'échange sincère... De plus en plus, je m'aperçois que les ''autres'' prennent simplement. Il y a toujours une idée derrière l'échange ?? Je trouve cela très difficile d'établir des relations de confiances. Avant, j'étais très naïve, maintenant je dois douter, à contre-coeur, mais je me le dois. Merci sur Le besoin de reconnaissance

Thierry:  Nous sommes tous d'avis que la vraie victime,c'est l'enfant. Mais,il ne faut pas perdre de vue qu'il existe une gradation dans la PN et que récemment divers infanticides trouvent leur origine dans une blessure ou une punition infligée à l'ex-conjoint.Comment ne pas s'inquiéter d'une violence croissante envers un enfant lorsque l'on est conscient de l'extrême violence dont peuvent faire preuve certains PN(vampires)? Toute théorie ne peut malheureusement totalement se vérifier dans la pratique et chaque cas a ses particularités. Thierry sur QUAND L'ENFANT DEVIENT UN ENJEU PSYCHOLOGIQUE...

 

Claudie:  il ne peut y avoir plus grand bonheur que la paix en soi!la route est longue ,semer d'embûches,une à une savoir les pousser comme les pierres roulent d'un chemin en pente,ce qui m'a rendue heureuse toute ma vie donner sans restriction,donner pour aimer,donner pour comprendre!avoir confiance en soi,ne jamais perdre cette estime de soi c'est aussi être vrai! authentique!seul le temps,la vie se comprend,et la plénitude s'installe, apaise et donne l'envie de vivre toujours plus loin encore merci ! sur QU'EST-CE QUI NOUS REND HEUREUX ?
 

Nicolas:  Salut Christophe, Après presque 3 ans de thérapie, j'arrive depuis une semaine à vivre libre dans ma tête.Ne plus être victime, quel soulagement! J'ai une question à propos d'un doute :la plupart des gens sous-entendent de décider de quitter le conjoint martyrisant dès qu'on se libère dans sa tête. En gros, ce n'est plus le petit enfant qui fait plaisir à sa maman pour être aimé. J'ai un doute car je me dis et je le ressens : il suffit de ne plus réagir de la même façon. Le jeu se joue à deux. Si je cesse, je me dis que l'action de l'autre a peu d'importance. On sort de l'attente qui crée de la dépendance. J'aimerais avoir ton avis sur ce point. Nicolas, Je compatis pour ce qui t'es arrivé et que tu as su retourner en avantage. Bravo et merci. sur VICTIME ! ... ET MAINTENANT ? (3) Victime de moi-même

 

Christiane: Bonjour,  je suis tombée sur votre blog excellent, alors que je lisais justement les livres d'Eric Berne et Claude Steiner pour tenter de sortir d'un schéma de victimisation . Je souhaiterai, si vous êtes d'accord, entreprendre un travail avec vous car il n'est pas facile de trouver des thérapeutes qui soit spécialisés dans ce type de problèmes J'ai tout à fait conscience de provoquer mes échecs, mais je n'arrive pas à en sortir... (mail)

Anonyme:  Au début il y a eu des regards complices. Puis, au fur et à mesure, j'ai compris que j'avais à faire à un directeur qui voulait m'emmener dans une symbiose négative. Grâce à mon travail en A.T, j'ai résisté à son emprise. Grâce à ma connaissance du droit du travail, et à ma combativité, j'ai déjoué ses menaces de licenciement. Et tant pis pour lui s'il a moins la côte dans la boîte. Qui sème le vent, récolte la tempête ... sur PORTRAIT PSYCHOLOGIQUE D'UN DIRIGEANT MANIPULATEUR PERVERS NARCISSIQUE

 

Une maman:  Bonjour à tous, quand un enfant se sent l'instrument de la vengeance d'un des parents contre l'autre, ce sentiment lui donne de la force et il lui semble lui donner plus d'importance aux yeux du parent qu'il considère comme "victime"... malgré tous les discours les explications comme quoi s'il y a une victime dans ces conflits c'est uniquement et toujours l'enfant lui même... il semble ne pas accepter , volontairement ou pas, de se priver de cette "mission"... l'adolescent en quête de lui même a en permanence besoin de trouver des preuves de l'affection qu'on lui porte... et malgré la détresse que l'on ressent en tant que parent accusé et détruit... il n'y a qu'un constat évident... ce sont des blessures qui détruisent tous les membres d'une famille... bien d'avantage que le divorce à lui seul, décision sensé être prise entre deux adultes... la médiation n'est possible qu'en cas de volonté commune d'avancer vers l'avenir ensemble le mieux possible, malheureusement c'est rarement le cas sur QUAND L'ENFANT DEVIENT UN ENJEU PSYCHOLOGIQUE...
 

Emma:  Excellent ! J'ai connu deux thérapeutes : l'un sauveur, l'autre persécuteur ! Un pur régal avec le recul... Mais que de mal fait aux clients ! Il me semble difficile pour un "jeune" thérapeute de ne pas tomber dans le piège du "sauveur" néanmoins. J'ai lu un bouquin fort intéressant concernant (notamment) la relation avec le thérapeute : lorsqu'un patient vient parler de son vécu, il se pose en "enfant" , dès qu'il paie, il se repositionne en "adulte" afin de rééquilibrer la relation patient/thérapeute. sur LA PENSEE MAGIQUE DU THERAPEUTE

 

Emma:  Bonjour Christophe, Le harceleur n'est en effet , pas un super héros ! Même s'il s'agissait d'un parent, d'un conjoint, rien ne peut autoriser un tel traitement à l'égard de quiconque. Encore moins, donc, un employeur. Les conseils pour le parer sont justes mais il faut se préparer à une réponse de sa part : "Dites moi comment vous feriez." => "Vous ne savez même pas y faire !" "C'est bien ce que je pensais, vous êtes incompétent/e"... C'est une éternelle partie de ping-pong qui se joue et qui épuise. Le mieux, il me semble, après s'être positionné, c'est ne plus échanger et régler ça par la justice. Oui, il faut garder tout ce qui prouve ces actes et encore oui : en profiter pour se lancer dans une nouvelle vie. Il me semble que c'est même une belle occasion pour se poser les bonnes questions sur soi ! Merci pour ces articles chaleureux ! J'ose espérer qu'il y aura d'autres savoureux articles de ce genre :) Emma sur VICTIME DE HARCELEMENT ET/OU D'UN MPN - COMMENT S'EN SORTIR ?

 

Anonyme:  Bonjour Christophe, Je viens de lire cette 3ème partie avec la même impatience et le même intérêt que pour les précédentes. Je ne saurais qualifier certains de mes dirigeants de PN mais les comportements que vous décrivez se rapprochent beaucoup de ce que je vis et que je considère au minimum comme du harcèlement moral. Votre témoignage est effrayant mais les conseils qui l'accompagnent seront une aide précieuse, à n'en nul douter. Merci. sur PORTRAIT PSYCHOLOGIQUE D'UN DIRIGEANT MANIPULATEUR PERVERS NARCISSIQUE (3éme partie)

 

VM:   J'ai malheureusement vécu aussi ce genre de situation, d'abord dans le domaine privé et ensuite dans le domaine professionnel, hélas avant que la loi contre le harcèlement moral ne passe dans le code du travail, mais j'ai quand même gagné au prud'hommes .... par contre ça m'a coûté mon couple + une jolie dépression de plusieurs mois..... MAIS comme il y a toujours un "bien" caché derrière un "mal", c'est à ce moment là que j'ai véritablement connu le Développement personnel et que j'ai remonté la pente à la vitesse grand "V" à la grande stupeur de mon psy !!!! Surtout ne jamais se laisser phagocyter par ces personnes et en parler avec des professionnels (médecins, inspecteur du travail etc) merci pour ce partage sur PORTRAIT PSYCHOLOGIQUE D'UN DIRIGEANT MANIPULATEUR PERVERS NARCISSIQUE

 

Joël:  Bonjour Christophe. Ce n'est pas le professionnel que je contacte pour une consultation mais celui qui possède un blog qui m'a beaucoup aidé. J'ai longtemps hésité à écrire ce courriel mais il est un élément qui m'aide aussi à me libérer.
Réceptif à vos articles lus sur "vivre avec soi" et aux arguments développés par mon amie, je suis allé consulté ma doctoresse qui m'envoie chez un psychothérapeute. Je vais effectivement commencer une psychothérapie. Pour avoir bien discuté avec elle, pour avoir beaucoup lu sur le net, et surtout pour avoir très sérieusement étudié vos articles et approfondi mes recherches, de nombreux "verrous" viennent de sauter et mon moi-Enfant, je le crois sincèrement, est en train d'exploser vers la conscience d'un moi-Adulte.
Au-delà de nos différences de point de vue sur de nombreux sujets, je voulais vous remercier pour la qualité et la profondeur du travail que vous effectuez sur votre blog. Soyez assuré qu'il me parait être une aide importante pour ceux et celles qui cherchent des réponses, pour peu qu'on ne refuse pas la vérité crue et parfois cruelle ! :-)
Mon amie est une fidèle de vos écrits, je ne voulais donc pas écrire sur votre blog ou sur Facebook, vous excuserez donc mon intervention sur votre boite aux lettres professionnelle.
Je souhaite une longue vie à votre blog et un franc succès pour le livre que vous allez bientôt éditer. Très cordialement, Joel. (mail)

 

Pierre: Bonsoir Christophe. Votre article m'a beaucoup intéressé, ainsi que les échanges avec Mme B., mais je ne suis pas très familiarisé avec les notions de Moi, Ca..etc... J'aimerais avoir votre avis sur une question que je me pose relative à l'attitude d'un parent opposé à l'autre, considéré comme PN, face aux juges : le PN, d'après ce que j'ai pu en apprendre, présentera une attitude digne, posée, expliquant calmement au juge pourquoi c'est lui la victime du parent "aliénant". En face, nous avons un parent désespéré, mal à l'aise car il estime être incompris malgré ce qu'il expose des relations difficiles qu'il entretient avec le parent PN et du risque qu'il estime faire prendre à son enfant. Le juge ne risque-t-il pas de fonder sa décision sur de seules apparences ? Effectivement, entre un parent calme, décidé, "propre sur lui" et un parent à l'apparence tourmentée n'inspirant pas spontanément confiance (car effrayé de l'importance du jugement), je crains que la décision puisse ne pas être à l'avantage de la vérité. Merci de vos éclaircissements.
Pierre. sur QUAND L'ENFANT DEVIENT UN ENJEU PSYCHOLOGIQUE...

 

Mireille::
Article très intéressant :) et j'ai encore appris des choses ! Merci Christophe Mireille (médecin hypnothérapeute) sur LA PENSEE MAGIQUE DU THERAPEUTE

 

Emma::   C'est d'une limpidité ... bravo ! Pouvons nous regarder deux minutes une Eve qui n'a pas que son côté "Enfant" à servir à l'autre et a, justement, un côté "Parent" plus développé que le côté "Adulte". Ca expliquerait peut être que la relation dure moins qu'avec une Eve uniquement "Enfant" selon vous ? Emma sur POURQUOI J'ATTIRE LES SALAUDS ? (6éme) La relation symbiotiqueC'est d'une limpidité ... bravo ! Pouvons nous regarder deux minutes une Eve qui n'a pas que son côté "Enfant" à servir à l'autre et a, justement, un côté "Parent" plus développé que le côté "Adulte". Ca expliquerait peut être que la relation dure moins qu'avec une Eve uniquement "Enfant" selon vous ? Emma sur POURQUOI J'ATTIRE LES SALAUDS ? (6éme) La relation symbiotique

 

Proélia: Dites moi si je me trompe mais il me semble que Eve a du déjà faire des efforts, petite, pour plaire à son père. Dans le cas présent, il se peut certainement qu'elle n'ait pas reçu ce qu'elle espérait et qu'elle se remette dans la même situation "d'échecs" attendant que son conjoint comble ses manques. Le PN va alors déployer des trésors d'ingéniosité pour lui faire croire qu'il comble tout cela (en la faisant parler). Le message paternel qui "interdit" à sa fille de grandir m'interpelle car j'ai appris en effet que le fameux démon de midi dont on parle au sujet des hommes est surtout une fuite face à sa fille devenue une adolescente / femme. Rien ne nous arrive par hasard... je suis tellement d'accord ! :) Extrêmement bien expliqué tout cela. Merci pour votre partage. sur POURQUOI J'ATTIRE LES SALAUDS (4éme) Driver, injonctions et contre-injonctions.Dites moi si je me trompe mais il me semble que Eve a du déjà faire des efforts, petite, pour plaire à son père. Dans le cas présent, il se peut certainement qu'elle n'ait pas reçu ce qu'elle espérait et qu'elle se remette dans la même situation "d'échecs" attendant que son conjoint comble ses manques. Le PN va alors déployer des trésors d'ingéniosité pour lui faire croire qu'il comble tout cela (en la faisant parler). Le message paternel qui "interdit" à sa fille de grandir m'interpelle car j'ai appris en effet que le fameux démon de midi dont on parle au sujet des hommes est surtout une fuite face à sa fille devenue une adolescente / femme. Rien ne nous arrive par hasard... je suis tellement d'accord ! :) Extrêmement bien expliqué tout cela. Merci pour votre partage. sur POURQUOI J'ATTIRE LES SALAUDS (4éme) Driver, injonctions et contre-injonctions.

 

Laurent: Très intéressant cet article, merci. ;) sur POURQUOI J' ATTIRE LES SALAUDS (3/11) La position de vie existentielle

 

Emma:  Je vous lis avec beaucoup d'intérêt. Mais sans doute suis-je "prête" à comprendre tout cela. Le constat (dramatique à mon sens) est que la plupart des victimes, tant qu'elles n'ont pas été reconnues comme telles (et même parfois au delà), veulent le rester. Ce n'est qu'en réussissant à faire une pause dans sa vie et en se regardant agir qu'on parvient à comprendre qu'il faut en effet sortir de cet état. Difficile processus. D'autant plus que l'état de victime est lié à une fragilité extrême qui ne permet justement pas de se battre pour sortir de tout cela. Emma sur NE PLUS ETRE VICTIME

 

Véronique: Bonjour, ce que vous écrivez m'interpelle et vous pointez pas mal de choses très juste. Pour ma part au début de ma relation avec "le salaud" j'avais bien été alertée par qques signes, mais je trouvais tjrs une excuse du type "personne n'est parfait", tout comme je ne suis pas parfaite. "Mon" "salaud" s'est complètement dévoilé, et très rapidement, dès que nous nous sommes installés ensemble (d'ailleurs c'est lui qui insistait bcp bcp pour que nous vivions ensemble)... J'attends le deuxième article avec impatience Véronique L.   sur POURQUOI J'ATTIRE LES SALAUDS (1/11)

Contact

ne-plus-etre-victime

93 Route de Genève - Marclaz

74200 Anthy-sur-leman

 

Vous pouvez nous joindre au :

+33 984 400 336 ou

+33 634 601 248+33 634 601 248

@mail: christophe.georgin@ne-plus-etre-victime.com

Ou en utilisant notre formulaire de contact.

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© ne-plus-etre-victime